Footer  American Express + Crystal
Footer  American Express + Crystal
Footer  American Express + Crystal

Les frontières des États-Unis avec le Mexique et le Canada fermées un mois de plus !

Les frontières des États-Unis avec le Mexique et le Canada resteront fermées au moins un mois supplémentaire, jusqu’au 20 juin inclus, pour tous les déplacements non essentiels, ont fait savoir mardi 19 mai les autorités sanitaires américaines.

Comme ils l’avaient déjà fait en avril, les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ont prolongé d’un mois la fermeture des frontières sud et nord du pays, décidée le 20 mars afin d’enrayer la propagation du nouveau coronavirus.

Cette mesure sera reconduite chaque mois jusqu’à ce que «l’introduction de nouveaux cas de Covid-19 aux Etats-Unis ait cessé de représenter un grave danger de santé publique», a précisé le directeur des CDC Robert Redfield. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait indiqué plus tôt dans la journée qu’Ottawa et Washington s’étaient entendus pour maintenir leur frontière commune fermée aux déplacements «non essentiels» jusqu’au 21 juin. «C’est une décision importante qui va protéger les gens des deux côtés de la frontière», avait-il dit lors de sa conférence de presse quotidienne sur la crise sanitaire.

«Les Américains ont été très ouverts»

Les deux pays avaient d’un commun accord décidé de fermer à compter du 21 mars leur frontière — la plus longue au monde — sauf pour le transport de biens et de marchandises, pour une période d’un mois. Cette fermeture avait été renouvelée pour la même durée en avril. «Les Américains ont été très ouverts» à la prolongation de cette fermeture en raison de la «vulnérabilité que nous ressentons tous au niveau de cas de Covid qui pourraient arriver de l’extérieur», a expliqué Justin Trudeau.

«Je pense qu’il y a toujours de petites discussions» entre les deux pays «pour voir s’il y a d’autres changements qui devraient être apportés pour ajuster ou modifier, mais pour l’instant c’est le même accord» qui est reconduit, a-t-il ajouté. Il y avait également selon lui «un désir clair» de la part des provinces canadiennes de maintenir les restrictions en place le long de cette frontière de près de 8900 km.

Plus de 400.000 personnes la franchissent chaque jour en temps normal et les échanges de biens et de marchandises de part et d’autre totalisent quotidiennement 2,4 milliards de dollars canadiens (1,6 milliard d’euros).

Article du 20 mars 2020 – Fermeture de la frontière États-Unis/Mexique aux voyages non essentiels !

La frontière entre les États-Unis et le Mexique va fermer pour tous les voyages non essentiels à l’instar de celle entre le territoire américain et le Canada, dans le cadre de la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus, a annoncé vendredi Washington.

« Les États-Unis et le Mexique ont décidé d’interdire les voyages non essentiels à travers notre frontière partagée », a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

« Nos deux pays savent à quel point il est important de travailler ensemble pour limiter la propagation du virus », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche.

Son collègue de la Sécurité intérieure Chad Wolf a précisé que cette fermeture ne concernait pas le « commerce légal ». « Les activités commerciales essentielles ne seront pas affectées », ni à la frontière mexicaine ni à la frontière canadienne, a-t-il ajouté.

La fermeture avec le Canada entre en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi pour une durée initiale de 30 jours.

À l’inverse de la décision d’interdire pour 30 jours l’arrivée aux États-Unis depuis la plupart des pays européens, qui avait pris le monde, et l’Europe, par surprise, le président américain Donald Trump a insisté sur le caractère coordonné avec les gouvernements concernés de ces mesures en Amérique du Nord. « Nous traitons les deux frontières », nord et sud, « de la même manière », a-t-il ajouté.

Donald Trump a estimé qu’il fallait limiter « les migrations globales de masse qui risqueraient d’épuiser les ressources » nécessaires pour soigner les Américains.

« En temps normal, ces flux massifs représentent déjà un fardeau énorme sur notre système de santé », a dit le milliardaire républicain, qui a fait de la lutte contre l’immigration une de ses priorités.

« Mais pendant une pandémie mondiale, ils menacent d’avoir l’effet d’une tornade qui propagerait l’infection sur nos agents aux frontières, les migrants, et les Américains en général. Sans restrictions, cela paralyserait notre système migratoire, submergerait notre système de santé et mettrait en grave danger notre sécurité nationale », a-t-il martelé. « Nous n’allons pas permettre cela. »

Source – Agences

 

 

Touracancun 728