Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page

Dossier Covid – Plus de 100 000 morts officiels au Mexique depuis le début de la pandémie !

Le Mexique a dépassé le seuil des 100.000 morts provoquées par le coronavirus, quelques jours après avoir atteint un million de cas de contamination, selon les données officielles publiées jeudi.

Le ministère de la Santé a fait état d’une progression de 576 décès en 24 heures pour un bilan total de 100.104 morts depuis le début de l’épidémie. Le ministère a aussi ajouté à sa liste 15.000 décès supplémentaires considérés comme « suspects. »

Les autorités sanitaires ont prévenu que le nombre réel de personnes décédées était vraisemblablement supérieur au nombre de morts recensés.

Selon le journal Animal Politico le chiffre serait plus proche des 260 000 décès en prenant en compte l' »excès de mortalité » calculé entre 2019 et 2020 sur la même période et en consultant le registre de la population et les registres civiles. Lire article : https://www.animalpolitico.com/2020/11/conteo-oficial-100-mil-muertes-pandemia-covid/

Article du 29 septembre 2020 – Quelle est la situation COVID au Mexique et ses conséquences ?

La crise internationale liée au Coronavirus est toujours présente au Mexique bien que les chiffres soient clairement à la baisse depuis 6 semaines. Au 28 septembre 2020, les autorités estimaient à +733.000 les cas confirmés et à +76000 décès pour une population de 129M d’habitants.
…..
Ces chiffres sont évidemment à mettre en perspective avec le nombre total d’habitants au Mexique, qui représente le double d’un pays comme la France soit une moyenne de 60 décès pour 100 000 habitants et au 14ème rang mondial en terme de morts rapporté à la population.
La répartition géographique de la pandémie demeure identique à celle des mois précédents avec une concentration sur la ville de México et l’Etat de México.On constate également une importance des cas « Covid-19 » dans les Etats de Veracruz, Puebla et de Basse Californie.Le profil type de la personne « à risque » face au Coronavirus est un homme âgé ayant des antécédents médicaux (maladies et problèmes de santé). En effet, les hommes représentent 60% des personnes décédées des suites du Covid-19. D’autre part, l’âge moyen des personnes décédées est autour de 63 ans ce qui confirme la thèse des personnes âgées, davantage à risque.

Pas tous égaux devant la pandémie 

Jeunes et seniors, hommes et femmes, tous ne sont pas à égalité face aux effets de la pandémie du Coronavirus. Ainsi, les personnes âgées, davantage victimes de problèmes de santé, sont plus exposées au risque d’une contagion et de complications. Plus généralement, les personnes avec diabète, hypertension, obésité, insuffisance rénale, cancer ou des maladies cardiaques et respiratoires représentent une autre catégorie de personnes à risque.
En réalité, cela est lié aux problèmes de malnutrition, d’obésité et de surpoids qui touchent d’importantes proportions de la société mexicaine depuis plusieurs années. Chez les adultes comme chez les enfants, les taux d’obésité et de surpoids augmentent contribuant à faire du Mexique, l’un des pays les plus touchés dans le monde par ce problème sanitaire. Ce phénomène social et sanitaire est lié à la consommation régulière, excessive ou abusive de junk-food ou fast-food, nourriture traitée industriellement et caractérisée par des taux en glucide, en sel et en graisse importants. Cette nourriture est généralement issue de l’industrie agro-alimentaire nord-américaine : Hershey’s, Coca Cola….
….

Face à ce risque sanitaire, les autorités rappellent la nécessité, dans le contexte actuel, d’une alimentation saine à base de produits naturels, de viande et de légumes, fruits. Ruy López Ridaura, directeur du Centre National des Programmes Préventifs et du Contrôle des Maladies (CENAPRECE) a souligné ce problème ainsi que l’existence de cas de sous-nutrition. Il a indiqué que les autorités mexicaines ont mises en place un nouvel étiquetage des produits d’alimentation indiquant les taux en graisse, sel et glucides.
La mobilisation des autorités face à la crise actuelle
Face à la pandémie qui se diffuse au Mexique depuis désormais plusieurs mois, le gouvernement d’Andrés Manuel López Obrador (AMLO) a déployé un dispositif de lutte contre le Coronavirus. Les Forces Armées Nationales ont été mise à contribution à travers l’utilisation des effectifs militaires et le recours aux installations des FAM. Ainsi, la Marine, l’Armée et la Garde Nationale agissent parallèlement aux acteurs hospitaliers et civils pour accueillir les malades du Covid 19 et endiguer la menace sanitaire du Coronavirus dans le pays. Deux plans, l’un de l’Armée, l’autre de la Marine, ont été autorisés par le Président et mis en place il y a plusieurs mois.
Les hôpitaux sont également au cœur du dispositif national contre la pandémie en accueillant et soignant les personnes infectées par le Covid 19. A travers tout le pays, dans les différents Etats et dans le Districto Federal, les installations médicales et hospitalières coordonnent l’action nationale en établissant le décompte des cas d’infection Covid 19 au Mexique.
Le Mexique a rejoint cet été un groupe d’Etats étrangers qui mène des recherches internationales et conjointes pour obtenir un vaccin international contre le Coronavirus. Parallèlement, plusieurs laboratoires d’envergure internationaux mènent leurs propres recherches afin de pouvoir développer et commercialiser un prochain vaccin. Parmi eux, on compte des établissements européens (Astra Zeneca), américains et chinois. La Russie a, quant à elle, déclaré l’obtention d’un vaccin fiable contre le virus actuel. D’autres alternatives comme le traitement à l’hydroxychloroquine sont également utilisées.
Des critiques et des réserves à l’égard du gouvernement d’AMLO
Le gouvernement mexicain, à l’instar des autres pays étrangers, a été contraint de prendre des mesures financières et économiques à l’égard des citoyens et des entreprises en difficulté dans le pays.

Des estimations à plusieurs millions de pesos mexicains ont été avancé mais la situation de nombreuses familles et entreprises mexicaines demeure précaire. Au cours des conférences quotidiennes que le Président donne chaque matin, le gouvernement annonce la distribution d’aides financières chez les fonctionnaires publics, les classes populaires les plus pauvres et les citoyens précarisés par la crise actuelle.
Ces aides financières sont en réalité conditionnées par le déploiement de ressources financières et économiques de la part de l’Etat mexicain. Néanmoins, cela pose la question d’un possible endettement public au cours des prochains mois voire des prochaines années. D’autre part, plusieurs groupes nationaux comme celui de Carlos Slim ont envisagé de contribuer à l’effort économique national.D’autres critiques ont été émises à l’endroit des estimations fournies par les autorités mexicaines depuis le début de la pandémie dans le pays. Les chiffres, les cadres des estimations et les statistiques réalisés par les institutions gouvernementales sont ainsi l’objet de critiques dans la société mexicaine ou depuis l’étranger. Certains pointent également les manquements ou les errements de la politique publique actuelle à l’endroit de la pandémie.
D’une crise sanitaire à une crise économique
La pandémie du Coronavirus représente initialement un risque sanitaire chez les sociétés touchées y compris au Mexique. Depuis sa diffusion dans le pays, le Coronavirus s’est également traduit par une crise économique au Mexique. La perte de clients, les restrictions gouvernementales et l’état d’esprit actuel dans la société contribuent à enfoncer les pymes et commerçants mexicains.
C’est tout le tissu économique et social qui subit désormais les effets du double crise sanitaire et économique : familles précarisées, petites entreprises, vendeurs à la sauvette.L’économie informelle nationale est au centre de la crise économique actuelle ; nombreux vendeurs itinérants et commerces autonomes souffrent de la perte des clients habituels. Ces personnes, ayant souvent une famille à nourrir, se retrouvent dans une situation de précarité toujours plus avancée. N’ayant pas de revenus fixes et de trésorerie propre, ils connaissent désormais une situation personnelle délicate.
Face à la crise économique qui s’étend dans le pays, les relations commerciales avec les Etats Unis tendent également à jouer un rôle primordial. Principal partenaire commercial du Mexique, le voisin nord-américain pousse en ce moment à la reprise des activités économiques au Mexique afin de réduire la crise économique en devenir.

Article du 12 septembre 2020 – Le Covid-19 fait plus de 70.000 morts au Mexique !

Le Mexique a dépassé vendredi le seuil des 70.000 morts du Covid-19, un bilan supérieur aux projections les plus pessimistes des autorités sanitaires pendant la pandémie.

Au cours des dernières 24 heures, 534 personnes sont mortes du Covid-19, portant le bilan total à 70.183 décès, a annoncé lors d’une conférence de presse un responsable du ministère de la Santé, Ricardo Cortés.

Le ministère de la santé mexicain avait d’abord estimé à 8.000 le nombre de morts qui seraient provoquées par l’épidémie, avant de passer à 30.000 puis 60.000 dans le cadre d’un scénario « catastrophe ».

Quelque 5.935 nouveaux cas de contamination ont par ailleurs été recensés lors des dernières 24 heures, soit 658.299 au total, a précisé M. Cortés, en soulignant que ce chiffre était en hausse après quatre semaines de baisse. »Néanmoins, le taux de positivité (au Covid-19) continue à diminuer. Ce qui nous semble être une nouvelle encourageante », a-t-il affirmé.

Le Mexique, qui compte 128,8 millions d’habitants, est le 4e pays du monde le plus touché en nombre de morts, derrière les Etats-Unis (191.802), le Brésil (130.396) et l’Inde (75.271), selon un bilan de l’AFP basé sur des chiffres officiels.

Le Mexique a instauré un confinement le 23 mars pour lutter contre la propagation du coronavirus, en n’autorisant que la poursuite des activités essentielles. Depuis le mois de juin, certains secteurs de l’économie ont repris très progressivement mais les écoles, notamment, restent fermées.

Article du 23 août 2020 – Le Covid-19 fait plus de 60.000 morts au Mexique !

C’est un chiffre qui va au-delà du scénario « le plus catastrophique » qu’avaient envisagé les autorités sanitaires du Mexique. Plus de 60.000 personnes ont succombé au Covid-19 dans le pays. Le Mexique est le troisième pays le plus endeuillé au monde derrière les Etats-Unis et le Brésil.
……
Quelque 644 décès ont été répertoriés sur les dernières 24 heures, pour un total de 60.254 morts, selon les données samedi du ministère de la Santé. Le 4 juin, le sous-secrétaire à la Santé, Hugo Lopez-Gatell, avait pourtant dit qu’« un scénario très catastrophique pourrait atteindre les 60.000 » décès.Rapporté à la population le taux de mortalité est de 471 personnes par million d’habitants ! En France, la pandémie a fait 451 morts par million d’habitants !

Des autorités malgré tout optimistes

Les autorités se sont tout de mêmes dites optimistes récemment. Mardi, Hugo Lopez-Gatell avait assuré que l’épidémie était entrée « en phase de décroissance » en annonçant une diminution des chiffres sur les cas d’infection et les décès liés au coronavirus.

Mais des spécialistes expriment des doutes au vu du peu de tests effectués dans le pays. « En ce qui concerne les décès, il s’agit de décès avérés. Et il peut y avoir des décès non prouvés à l’hôpital et à domicile, cela peut fausser les données », a déclaré Malaquias Lopez, un expert de l’Université nationale autonome et ancien directeur du ministère de la Santé.

Selon une estimation de l’Université d’Oxford, au sein d’un groupe de 15 pays d’Amérique latine, le Mexique est celui qui effectue le moins de tests : 7,96 pour 100.000 habitants. Le premier cas de coronavirus y a été détecté le 28 février.

Le gouvernement a décrété un confinement le 23 mars, mais sans sanction en cas d’infraction et les activités économiques essentielles n’étaient pas concernées par le confinement. Un assouplissement a ensuite été introduit pour certains secteurs économiques.

Article du 13 juillet 2020 – Coronavirus : le Mexique atteint la barre des 46 000 morts !

Le Mexique est devenu jeudi le troisième pays au monde en termes de décès liés au coronavirus, en atteignant la barre des 46 000 morts, selon un bilan établi par l’AFP sur la base de données officielles.

Le Mexique va tester un vaccin développé par Sanofi !

Le Mexique devance ainsi d’une unité le Royaume-Uni, qui comptait jeudi 45 999 morts. Les deux premiers pays les plus lourdement touchés par le Covid-19 restent les Etats-Unis, avec 151 496 morts, et le Brésil, avec 90 134 morts, selon ce bilan.

Toutefois, la mortalité due au coronavirus rapportée à la population totale reste plus élevée au Royaume-Uni qu’au Mexique, avec 677,59 décès pour un million d’habitants au Royaume-Uni contre 351,82 pour un million au Mexique.

Un nouveau cap a été franchi jeudi lorsque le nombre des contaminations dans le monde a dépassé les 17 millions, dont plus de 660.000 mortelles, depuis l’apparition du virus en Chine en décembre.

Près de 7800 nouveaux cas quotidiens

Au cours des dernières 24 heures, le Mexique a enregistré 639 nouveaux décès dus au coronavirus, et le nombre des cas confirmés de contamination a atteint jeudi 416 179, augmentant de 7730 par rapport à mercredi, selon les autorités.

Au total, la pandémie a fait au moins 667 361 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles jeudi à 13 heures à Paris.

Devant une remontée du nombre des contaminations signalée dans plusieurs pays, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un appel à la prudence, exhortant en particulier les jeunes à respecter les mesures de protection.

Les jeunes « pas invincibles »

« Il semble que les rebonds de cas dans certains pays soient en partie dus à des jeunes qui baissent la garde pendant l’été dans l’hémisphère nord », a déclaré jeudi Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS. Les jeunes « ne sont pas invincibles », a-t-il souligné.

L’OMS a en outre déclaré dans ses recommandations actualisées que les déplacements internationaux devraient prioritairement concerner les urgences humanitaires, les personnels indispensables et les rapatriements.

« L’OMS recommande que la priorité soit donnée aux voyages essentiels d’urgence », a déclaré l’organisation. « Les voyageurs malades et les personnes à risque, dont les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques, doivent reporter ou éviter de voyager depuis et vers des zones de transmission » du virus, a ajouté l’OMS.

Le Mexique va tester un vaccin développé par Sanofi

Le Mexique participera à la phase finale des tests pour un vaccin contre la Covid-19 que le laboratoire français Sanofi développera. Des Mexicains « font partie » d’un groupe de 35.000 volontaires du monde entier. C’est ce qu’a annoncé ce jeudi 30 juillet le ministre mexicain des Affaires étrangères Marcelo Ebrard.

C’est le premier protocole de phase 3 à être réalisé au Mexique, sans frais pour notre pays », a déclaré le ministre aux journalistes après avoir participé à un événement public. La phase 3 du développement d’un vaccin est celle où son efficacité est mesurée à grande échelle après une première étape où l’on évalue sa sécurité et une deuxième étape où l’on explore son efficacité sur des groupes plus restreints.

Le ministre a expliqué que des Mexicains « font partie » d’un groupe de 35.000 volontaires du monde entier qui testeront le vaccin. Marcelo Ebrard n’a pas précisé lequel des différents vaccins développés par Sanofi, l’un des principaux groupes pharmaceutiques mondiaux, sera testé au Mexique. Le laboratoire travaille sur un projet avec son homologue britannique GSK.

Les essais cliniques sont prévus pour septembre et pourraient être disponibles au cours du premier semestre 2021. Sanofi travaille également avec la société biotechnologique américaine Translate Bio pour développer un autre vaccin, dont les essais cliniques devraient commencer à la fin de l’année et dont la production pourrait être approuvée au second semestre 2021 en cas de résultat positif.

L’économie mondiale durement frappée, lourd bilan au Mexique

L’économie mondiale est désormais frappée de plein fouet par le coronavirus, avec des Etats-Unis officiellement en récession.

Aux Etats-Unis, le confinement au printemps a entraîné une chute historique du produit intérieur brut au deuxième trimestre, de 32,9% en rythme annualisé. Par rapport au deuxième trimestre 2019, la baisse est de 9,5%.

Avec cette deuxième chute trimestrielle consécutive, la première économie du monde est officiellement entrée en récession. Au premier trimestre, le PIB américain avait reculé de 5%.

L’Allemagne, le moteur économique de l’Europe, a elle aussi annoncé jeudi un « plongeon historique » de 10,1%, de son PIB au deuxième trimestre.

L’Allemagne connaît ainsi sa pire récession depuis l’après-guerre: la contraction de son PIB est bien supérieure à celle de 4,9% qu’elle a connue au plus fort de la crise financière de 2009.

Les experts s’attendent cependant à un net rebond: en plus des mesures de soutien nationales, Berlin compte profiter du plan de relance européen de 750 milliards d’euros, décidé par les 27 à Bruxelles mi-juillet.

D’avril à juin, le PIB a également fortement chuté en Belgique, de 12,2%, en Autriche, de 10,7%, et au Mexique, de 17,3%.

Compagnies pétrolières, avionneurs, constructeurs automobiles paient un lourd tribut à la crise, avec des pertes abyssales au deuxième trimestre: de 8,4 milliards de dollars pour Total et de 18,1 milliards de dollars pour l’anglo-néerlandais Royal Dutch Shell, tandis qu’Airbus a accusé une perte nette de 1,9 milliard d’euros au premier semestre.

Compagnies aériennes menacées

Le secteur du transport aérien mondial est lui aussi ravagé. De nombreuses compagnies aériennes d’Amérique latine fermeront si les vols suspendus en raison de la pandémie de coronavirus ne reprennent pas rapidement, a averti jeudi Peter Cerda, vice-président pour les Amériques de l’Association internationale du transport aérien (IATA).

Le groupe aérien Air France-KLM a annoncé avoir enregistré une perte nette de 2,6 milliards d’euros au deuxième trimestre, après des niveaux d’activité quasiment nuls en avril et en mai.

Les Etats-Unis ont enregistré jeudi près de 1.400 morts supplémentaires en une journée, soit environ un décès toutes les minutes, et plus de 72.000 nouveaux cas.

Au Brésil, près de 60.000 nouvelles contaminations en une journée ont également été enregistrées. Michelle Bolsonaro, l’épouse du président brésilien Jair Bolsonaro, a été testée positive au Covid-19, a déclaré jeudi la présidence, quelques jours après que son mari a dit être rétabli.

Source – Agences 

Touracancun 728
Elite sky lines