Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page

Mexico se dote d’un aéroport « international » low cost qui fait polémique !

Grupo Aeroportuario de la Ciudad de México (GACM), l’autorité en charge des aéroports à Mexico, s’attend à ce que l’aéroport international Felipe Angeles (AIFA) devienne la seconde plaque-tournante du pays et de la capitale. Il devrait accueillir la majorité des vols de compagnies low-cost.

Pendant plusieurs années, on avait parlé à Mexico d’un tout nouvel aéroport international pour desservir la capitale du pays. Un projet pharaonique mais dont le coût prohibitif –à plus de 15 milliards de dollars– avait suscité les polémiques. Et finalement son annulation avec l’élection d’un nouveau gouvernement en 2018.

Selon Andrés Manuel Lopez Obrador, Président du Mexique, l’ancien aéroport était un symbole de corruption de la précédente administration. Le Président concédait pourtant l’urgence d’améliorer les capacités d’accueil du trafic aérien à Mexico.

López Obrador a trouvé une cible facile dans le projet extrêmement coûteux et audacieux sur le plan architectural lancé par son prédécesseur pour construire un nouvel aéroport immense et flashy dans un marais à l’est de la ville, beaucoup plus près du centre-ville.

Le président a décidé d’annuler le projet et de construire le nouvel aéroport sur un sol plus ferme au nord. Il devrait coûter 4 milliards de dollars, ce qui, selon López Obrador, représente une économie de coûts par rapport au site marécageux, qui aurait pu nécessiter des milliards d’entretien en raison du sol gorgé d’eau.

Le nouvel aéroport fonctionnera en tandem avec l’aéroport existant de Mexico, dont les deux terminaux saturés devaient être fermés dans le cadre du plan précédent.

C’est l’un des quatre projets clés qu’il est en train de terminer avant la fin de son mandat en 2024 – l’aéroport, une raffinerie de pétrole, un train touristique dans la péninsule du Yucatan et un train reliant la côte du Golfe et les ports maritimes du Pacifique.

Un projet « low cost », austère qui fait polémique

Mais la précipitation à achever les projets a suscité des critiques. Le nouvel aéroport a été inauguré avant l’achèvement des liaisons routières et ferroviaires, et le gouvernement a annoncé qu’il obligera tous les transporteurs qui souhaitent programmer de nouveaux vols vers Mexico à utiliser le nouvel aéroport, plutôt que l’aéroport plus ancien et plus proche.

Lundi, seuls 2 000 passagers environ ont utilisé le nouveau terminal, bien loin des 2,4 millions que le gouvernement espère attirer d’ici la fin de l’année. Un seul vol « international » utilisera l’aéroport, un vol à destination de Caracas, au Venezuela, opéré par un transporteur vénézuélien sous sanctions américaines.

López Obrador a concédé que le nouveau terminal est plus populaire parmi les vols de fret que les jets de passagers. « Il s’agit simplement pour les compagnies aériennes d’augmenter leurs vols », a déclaré le président. « Dans le cas du trafic de fret, il y a eu plus de progrès, l'(ancien) aéroport de Mexico est également saturé de fret. »

Le nouvel aéroport Felipe Angeles Mexico City reflète les contrastes et les contradictions de l’administration de López Obrador. Il y a l’austérité du gouvernement – ​​sa principale promesse de campagne est pleinement exposée dans le terminal plutôt dépouillé – ainsi que sa dépendance démesurée habituelle à l’égard de l’armée mexicaine.

Aucune déclaration d’impact environnemental ou plan de faisabilité complet n’a jamais été établi pour le projet. Personne ne sait combien de touristes l’utiliseront réellement.

Dans le but de renforcer le nouveau terminal, le gouvernement a modifié les règles qui obligent généralement les passagers à se présenter deux heures avant un vol intérieur et trois heures avant un vol international. Au terminal de Felipe Angeles, ils ne seront tenus de se présenter qu’une ou deux heures avant ces vols.

Source – Agences

LesFrancais.Press
TV5mondeplus.com