Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page

PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE: JOE BIDEN REMPORTE L’ÉLECTION !

Joe Biden a été élu président des États-Unis ce samedi face à Donald Trump au terme de près de cinq jours tendus, pleins de suspense.

La « prime au président sortant » n’a pas suffi au milliardaire pour se faire reconduire à la tête du pays pour un second mandat, selon une projection de CNN dévoilée ce samedi.

Le scrutin s’est finalement joué en Pennsylvanie, ce Swing State de l’Est du pays, où Joe Biden a rattrapé un retard pourtant conséquent il y a plusieurs heures. Comptant pour 20 grands électeurs, l’État permet au démocrate d’atteindre les 270 grands élus nécessaires. Le dépouillement dans le Nevada, la Géorgie et l’Arizona, où l’ancien sénateur du Delaware vire toujours en tête, est en cours. Cela veut dire que Joe Biden pourrait obtenir davantage que les 273 délégués recueillis ce samedi, qui lui sécurisent déjà la présidence.

Importance du vote par correspondance

Si quelque 100 millions d’Américains avaient voté par anticipation, dont 64 millions par correspondance, les électeurs étaient physiquement appelés aux urnes mardi. Ce scrutin a été marqué par une très forte participation: près de 160 millions de membres du corps électoral se seraient déplacés, selon les estimations du site Electproject données mercredi, réalisées par un politologue américain, contre 137,1 millions en 2016.

Une participation, si ce chiffre se confirme, qui se traduirait par un taux de 66,9%. Le vote par correspondance aurait largement bénéficié à Joe Biden. Âgé de 77 ans, Joe Biden a été vice-président des États-Unis de 2009 à 2017, au cours des deux mandats de Barack Obama.

Malgré les craintes émises depuis plusieurs jours, le vote s’est déroulé sans incident majeur. Les commerces de plusieurs grandes villes, dont Washington, Los Angeles ou New York , s’étaient barricadés en prévision de possibles violences post-électorales.

Article du 4 novembre 2020 – Joe Biden se rapproche de la victoire !

Ce mercredi soir, il était toujours impossible de dire qui sera le nouveau président des Etats-Unis d’Amérique. La tendance est favorable au candidat démocrate mais Donald Trump réclame un nouveau comptage des bulletins dans plusieurs états.

C’est serré ! On ne sait toujours pas qui de Donald Trump ou Joe Biden a remporté l’élection présidentielle. Les Américains se sont massivement rendus ce mardi aux urnes afin de désigner leur futur président, mais la vague bleue espérée par le camp démocrate n’a pas eu lieu.

Épuisés par l’une des campagnes présidentielles les plus tendues de l’histoire moderne des Etats-Unis, électeurs républicains et démocrates se trouvaient mercredi dans un état d’anxiété alors que l’issue du scrutin était toujours indécise au lendemain de la fermeture des bureaux de vote.

Le fait que le président républicain sortant Donald Trump revendique prématurément la victoire dans la nuit de mardi à mercredi, alors même que le dépouillement se poursuivait dans plusieurs Etats « bascule », a passablement agacé les supporters du candidat démocrate Joe Biden.

Les partisans de l’ancien vice-président craignaient de plus en plus que l’actuel locataire de la Maison blanche se refuse à admettre les résultats de l’élection en cas de défaite. A l’inverse, les partisans de Donald Trump ont fait écho aux propos de celui-ci dénonçant une fraude massive.

Quelques Etats indécis…

Les fameux « Swing States » vont, comme il y a quatre ans, jouer les arbitres. Dans la soirée, Joe Biden a remporté le Wisconsin et le Michigan mais les décomptes continuent dans l’Arizona, le Nevada, la Pennsylvanie, la Caroline du Nord, la Georgie et l’Alaska.

C’est un nouveau revers pour Donald Trump, qui avait emporté l’État du Wisconsin en 2016 face à Hillary Clinton. Peu de temps après cette « victoire » de Joe Biden, Donald Trump a saisi la justice pour demander un recomptage des votes dans le Michigan.

La guerre des nerfs

Donald Trump a revendiqué la victoire avant la fin du dépouillement et accuse ses adversaires de fraude. Il promet déjà un recours devant la Cour suprême. Le clan Biden appelle, lui, à ce que « chaque bulletin soit compté ». Et le candidat se montre désormais très confiant sur ses chances d’accéder à la Maison Blanche.

Suspense en Arizona et Géorgie…!

Mais le président américain est dos au mur: pour arriver à 270, il a besoin de gagner la Pennsylvanie (20 gds électeurs), la Géorgie (19 gds électeurs) et la Caroline du Nord (15 gds électeurs), puis de renverser l ‘Arizona (11 gds électeurs) ou le Nevada (6 gds électeurs). C’est la seule carte qui l’amène à 270.

Et pour l’instant, les républicains sont très pessimistes sur la Pennsylvanie après la déconvenue Wisconsin/Michigan, et Biden peut encore gagner la Géorgie.

Le point sur de possibles recomptes

Les règles varient d’un Etat à l’autre. Pour l’instant, il pourrait y en avoir un dans le Wisconsin avec moins de 1% d’écart, et également en Géorgie et peut-être en Pennsylvanie selon la photo finish. En Pennsylanie, cela pourrait traîner jusqu’à début décembre. Mais la plupart des avocats démocrates estiment que le risque d’un remake de Bush vs Gore est faible, car l’avance de Biden est trop importante dans trop d’Etats.

Selon les analystes politiques de ABC News Live il manquerait à Biden seulement l’état du Nevada pour atteindre les 270 grands électeurs pour accéder à la fonction suprême.

Sources – Agences et www.laprensafrancesa.com.mx

 

Touracancun 728
Elite sky lines