Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page

Covid : l’effet miracle de l’Ivermectine au Mexique ?!

Un médicament peu coûteux, l’Ivermectine (IVM), délivré par les autorités de Mexico aux patients Covid-19 aurait réduit les hospitalisations jusqu’à 76% !  En France, le Dr Maudrux en appelle au ministre de la Santé pour que l’Ivermectine bénéficie d’une Recommandation Temporaire d’Utilisation (RTU). Et va saisir le Conseil d’Etat en référé.

L’info est passée quasiment inaperçue dans les médias français. Pourtant, l’annonce faite récemment par les autorités mexicaines a de quoi  susciter l’intérêt de la communauté scientifique.

L’utilisation de l’ivermectine administrée à des patients souffrant de la Covid-19 réduirait de 76% le risque d’hospitalisation. L’annonce  a été faite par les autorités mexicaines après qu’elles ont distribué à plus de 200.000 personnes, un kit médical contenant 6 mg d’ivermectine et 100 mg d’acide acétylsalicylique. Les résultats ont été surprenants. En outre, la secrétaire à la Santé, Oliva López, a indiqué que l’utilisation de l’ivermectine réduisait le risque de développer une forme grave de la maladie après avoir été infectée par le virus SARS-CoV-2. Autrement dit, l’ivermectine agit comme médicament préventif et curatif.

Lire la suite de cet article ici

L’ivermectine, traitement miracle contre le Covid-19 ou mirage thérapeutique ?

L’antiparasitaire fait l’objet d’un regain d’intérêt dans la lutte contre l’épidémie due au SARS-CoV-2. Mais son efficacité reste encore à prouver. Un traitement supposément efficace contre le Covid-19 connu depuis longtemps, peu onéreux, mais rejeté par les autorités sanitaires : non, il ne s’agit pas de l’hydroxychloroquine, mais de l’ivermectine.

Ce médicament antiparasitaire est devenu, en quelques mois, la nouvelle obsession de ceux qui défendaient autrefois le protocole du professeur Didier Raoult. Mais que sait-on vraiment de l’ivermectine ? S’agit-il d’un traitement éprouvé face à l’épidémie due au SARS-CoV-2 ou d’un faux espoir ?

Une étude australienne publiée en avril 2020 indique que l’ivermectine est un inhibiteur du virus responsable du Covid-19, in vitro (en laboratoire). Selon ses auteurs, le médicament a réduit la charge virale du virus en quarante-huit heures, lors du test opéré en culture cellulaire. Une autre étude, cette fois-ci menée en France dans un Ehpad de Seine-et-Marne, a également fait grand bruit. Alors qu’une épidémie de gale avait sévi au printemps 2020, des patients se sont vu administrer de l’ivermectine. Il a été constaté, en comparaison avec les autres établissements du département, que les résidents ayant reçu l’antiparasitaire avaient été moins touchés par le Covid-19.

Lire la suite de cet article sur LE MONDE

LesFrancais.Press
TV5mondeplus.com