Footer  American Express + Crystal
Footer  American Express + Crystal
Footer  American Express + Crystal

Dossier – Pétrole, tourisme, remesas…le Mexique entre en récession ! Que disent les experts ?

La plupart des banques ont annoncé une contraction certaine de l’économie mexicaine pour 2020 pouvant atteindre -4,5% arguant que le Covid-19 frappe une région fortement dépendante du pétrole mais aussi du tourisme et des envois de fonds qui proviennent des immigrés mexicains vivant principalement aux États-Unis.

L’estimation de la croissance économique présentée par le trésor mexicain le 1er avril dernier, entre – 3,9% et 0,1% est similaire à celle attendue par certaines organisations et banques comme Banorte: -3,5% en 2020 ou Moody’s: – 3,7% mais demeure beaucoup plus optimiste que les chiffres de la banque Bank of America: -8,0% ou JP Morgan: -7,0%.

Très pessimiste, la banque Bank of America prévoit une baisse de 8% du PIB au Mexique et justifie cette révision pour 2020 par l’impact négatif sur le commerce et la baisse des envois de fonds (remesas) que le pays ne recevra pas en raison de la contraction économique estimée à 6% aux États-Unis cette année.

“Le triple coup dur des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et des fermetures de constructeurs automobiles, l’effondrement du prix du pétrole et des implications fiscales ainsi que la distanciation sociale considérable, qui devrait augmenter dans les prochaines semaines, suggèrent des inconvénients risqués pour la croissance “, a indiqué la BBVA.

Pour les experts de la CIDE (Centro de Investigación y Docencia Económicas), le PIB mexicain pourrait se situer entre -1% et -1,3% et considère que le chiffre de -4% semble pessimiste. César Salazar, chercheur à l’Institut de recherche économique de l’UNAM, estime lui qu’il est encore trop tôt pour faire une estimation.

Le CIDE a ajouté qu’à court terme, les secteurs qui résisteront le moins à la crise seront le tourisme, l’hôtellerie et temporairement le secteur automobile en raison de la faible demande qui entraînera un effondrement de la production de voitures destinées à l’exportation.

Par ailleurs, le président de la Fédération mexicaine des associations touristiques (Fematur), Jorge Hernández Delgado, a révélé que le secteur pourrait perdre entre 15% et 40% de touristes durant les vacances de Pâques, un chiffre qui a peu de chances de se redresser avant la saison prochaine fin décembre.

Pour José Luis de la Cruz, directeur de l’Institut pour le développement industriel et la croissance économique (IDIC), les industries les plus touchées seront celles des équipements électriques et électroniques, des ordinateurs, de la téléphonie, des textiles, de l’industrie pharmaceutique et des produits métalliques.

Le PIB du Mexique pourrait chuter de 3,9% cette année, prévient hacienda.

Cette fourchette est beaucoup plus pessimiste que celle prévue dans le budget 2020, quand les autorités prévoyaient une croissance comprise entre 1,5% et 2,5% pour l’activité productive cette année.

“Les perspectives macroéconomiques dans la situation actuelle présentent un niveau élevé d’incertitude compte tenu de la complexité de la situation épidémique Covid-19… ”, a déclaré Hacienda dans un communiqué.

Pour 2020, le SHCP prévoit un taux de change moyen de 22 pesos pour un dollar ; le prix du mix de pétrole brut mexicain à 24 dollars le baril et 3,5% d’inflation et pour 2021 un prix de 30 $ le baril de brut mexicain ; taux de change à 21,4 pesos pour un dollar et inflation de 3,2%.

Les chiffres présentés pour le budget économique 2020 étaient plus optimistes : un prix du mix mexicain à 49 $ le baril ; un taux de change à 20 pesos pour un dollar et une inflation autour de 3%.

Compte tenu de ces éléments, on estime que les besoins financiers du secteur public (RFSP) représenteront 4,4% du PIB; le solde public enregistrera un déficit de 3,3% du PIB; tandis que le solde primaire se situera à -0,4% du PIB cette année.

Fitch abaisse d’un cran la note de Pemex

L’agence d’évaluation financière Fitch Ratings a abaissé vendredi d’un cran, de « BB+ » à « BB » avec une perspective négative, la note de dette de la compagnie pétrolière publique mexicaine Pemex, plombée par les pertes, ses dettes et la baisse des cours.

« La baisse reflète la détérioration continue du profil de crédit de la compagnie face à la récession au sein de l’industrie pétrolière et du gaz au niveau global », a expliqué Fitch dans un communiqué.

Par ailleurs, la charge fiscale élevée, son niveau d’endettement, ses coûts élevés et ses besoins d’investissement limitent sa capacité à naviguer au sein de l’environnement actuel si complexe, juge Fitch.

La perspective négative reflète de son côté la vulnérabilité financière de Pemex, jugé trop dépendante du soutien de l’Etat, face à un marché du pétrole déprimé.

La décision de Fitch intervient quelques jours après celle allant dans le même sens de l’agence Standard & Poor’s.

Pemex, la plus grande entreprise publique du pays, a annoncé fin février une perte de 18,3 milliards de dollars en 2019, soit une hausse de 92% par rapport à l’année précédente.

Le groupe pétrolier nécessite notamment plus d’investissements pour inverser la baisse continue de sa production, passée d’une moyenne de 3,4 millions de barils/jour (b/j) en 2004 à 1,6 million de b/j actuellement.

Le gouvernement du président Andrés Manuel Lopez Obrador a déjà injecté quelque 10 milliards de dollars pour tenter d’alléger les finances de Pemex, qu’il considère comme crucial pour la souveraineté nationale.

Consommation en baisse, inflation en hausse en 2020

Fitch Ratings a également estimée que la consommation baissera au Mexique cette année de 3,6%, l’investissement fixe diminuera de 10% et l’inflation grimpera à 3,5%. Le taux d’intérêt de Banxico clôturera l’année à 5,50% et le taux de change reprendra des niveaux actuels jusqu’à fin décembre soit 21,50 pesos par dollar.

L’agence prévoit une reprise de l’économie mexicaine en 2021 avec une croissance du PIB de 2,1%, une progression de la consommation de 2,5% et des investissements fixes de 2,7%, l’inflation sera de 3,5%, le taux d’intérêt baissera à 5,25% et le taux de change s’appréciera encore plus pour terminer l’année à 20,50 pesos le dollar.

Une activité mondiale en baisse

Dans ses « Perspectives économiques mondiales du 2 avril 2020 », l’agence déclare que la vitesse à laquelle la pandémie de coronavirus évolue a nécessité une nouvelle série de coupes énormes dans les prévisions du PIB mondial.

“Nous prévoyons désormais une baisse de l’activité économique mondiale de 1,9% en 2020, le PIB des États-Unis chutant de 3,3%, la zone euro se contractant de 4,2% et le Royaume-Uni de 3,9%”.

En revanche, il indique que la reprise attendue pour la Chine sera fortement limitée par la récession mondiale, de sorte que sa croissance sera inférieure à 2%.

Il fait valoir que les prévisions de baisse du PIB mondial pour toute l’année sont comparables à la crise financière de 2008, mais l’impact immédiat sur l’activité et l’emploi au premier semestre 2020 sera pire.

Baisse des envois de fonds (remesas) des États-Unis vers le Mexique

Les envois de fonds vers le Mexique, une importante source de revenus pour des millions de personnes, pourraient chuter cette année de 17% en raison de la crise COVID-19, a estimé la BBVA.

Selon les experts, et en raison de l’incertitude quant à la durée de la crise sanitaire, il est difficile d’estimer l’impact causée par le COVID-19 sur le flux des envois de fonds vers le Mexique.

Cependant, différents scénarios sont avancés dont une contraction de 17% en 2020, à laquelle pourrait s’ajouter une baisse de 21% l’an prochain. Si ce scénario est validée il faudra 10 ans pour récupérer les niveaux de 2019.

Les envois de fonds envoyés au Mexique en 2019 ont atteint 36048 millions de dollars et ont atteint un niveau record, avec une augmentation de 7,04% par rapport au chiffre enregistré en 2018.

Les envois de fonds, qui proviennent principalement de migrants mexicains vivant aux États-Unis, représentent la deuxième source de devises étrangères du pays après les exportations automobiles et constituent un revenu important pour des millions de personnes.

Les États du Michoacán, de Oaxaca et de Zacatecas seraient les plus affectés par une diminution des « remesas », car ceux-ci représentent environ 10% de leur produit intérieur brut (PIB), selon la BBVA.

Cela étant, el Banco de México a annoncé mercredi que le pays avait reçu 5 277,07 millions de dollars de « remesas » en février dernier, soit une augmentation de 7,83% par rapport à la même période en 2019.

Le Mexique est très exposé selon le Cepal (Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes)

L’Amérique latine est confrontée au début “d’une profonde récession”, avec une contraction du produit intérieur brut (PIB) régional qui atteindra 1,8% à 4% en 2020 en raison de l’expansion mondiale du coronavirus, a estimé la CEPAL ce vendredi.

« Nous sommes confrontés au début d’une profonde récession. Nous sommes confrontés à la plus forte baisse de croissance de la région », a déclaré Alicia Bárcena, secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Eclac), une agence technique des Nations Unies basée à Santiago.

Le Cepal annonce que dans le secteur du  tourisme, sur la base d’un scénario avec une baisse des recettes touristiques de 10% en 2020, le PIB du Mexique diminuerait de 0,3 point de pourcentage, mais pour un scénario plus négatif, dans lequel les recettes touristiques chuteraient de 30%, la baisse serait de 0,8 point de pourcentage.

Le Cepal a également indiqué que l’impact final du coronavirus sur le tourisme dépendra des répercussions des actions sanitaires et socio-économiques dans les pays et régions d’où proviennent la majorité des visiteurs, le Canada et les États-Unis en ce qui concerne le Mexique.

En outre, le Mexique est le pays le plus exposé aux changements des conditions de l’offre et de la demande aux États-Unis, en particulier dans le secteur manufacturier.

Globalement la pandémie mondiale due au COVID-19 aura des impacts économiques mondiaux qui pourraient dépasser ceux observés lors de la dernière récession financière de 2008/2009, a souligné l’institution financière.

Source – Agences

Touracancun 728