Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page

Économie : 23 milliards de dollars de pertes en 2020 pour Pemex !

Pemex, la compagnie pétrolière publique mexicaine, a enregistré des pertes nettes de près de 23 milliards de dollars en 2020, a-t-elle annoncé ce vendredi.

Ces pertes de 481 milliards de pesos (22,976 milliards de dollars) sont supérieures de 38% à celles enregistrées en 2019 (16,588 milliards de dollars), selon le communiqué de la compagnie qui indique que ses ventes se sont écroulées de 32%.

«La combinaison sans précédent des bas prix du pétrole brut et des produits pétroliers» s’est ajoutée à «une très forte chute de la consommation de carburant qui a érodé les flux de trésorerie de toutes les compagnies pétrolières», analyse la société.

La dette à court terme de la compagnie a également enregistré une augmentation de 13,9% par rapport à fin 2019 pour s’élever fin décembre à 113,2 milliards de dollars.

Le gouvernement du président de gauche Andres Manuel Lopez Obrador, au pouvoir depuis 2018, a déjà injecté quelque 10 milliards de dollars pour tenter d’alléger les finances de l’entreprise, qu’il considère comme un rempart pour la souveraineté nationale. Les agences de notation Fitch et Moody’s ont récemment abaissé la note de crédit de la société, la plaçant au rang d’investissement spéculatif, invoquant sa vulnérabilité dans un contexte de prix du pétrole bas et de son besoin de soutien public accru.

Accroître les investissements

Pemex estime qu’elle doit accroître ses investissements pour inverser la tendance à la baisse prolongée de sa production qui est passée de 3,4 millions de barils par jour en 2004 à 1,7 million en 2021. Le 5 octobre, le gouvernement mexicain a annoncé un plan d’investissement public-privé de 14 milliards de dollars dans des projets d’infrastructure pour relancer l’économie frappée par la pandémie. Près d’un tiers de cet investissement sera consacré à la réhabilitation des installations de Pemex.

Article du 20 juillet 2019 – L’état mexicain soutient Pemex…dont la dette s’élève à 106,5 milliards de dollars !

Le gouvernement du Mexique a dévoilé un plan de redressement en trois ans de la compagnie pétrolière publique Pemex, récemment dégradée par les agences de notation en raison du niveau très élevé de sa dette, passant par une réduction de sa charge fiscale et une injection de capitaux.

La stratégie « consiste à soutenir étroitement Pemex au cours des trois premières années du mandat gouvernemental, notamment par des réductions fiscales, afin qu’elle ait des ressources pour investir », a déclaré le président Andres Manuel Lopez Obrador lors d’une conférence de presse.

Le président s’est dit confiant dans le fait que lors des trois dernières années de sa présidence, qui prendra fin en 2024, la compagnie serait en mesure de « contribuer au développement du Mexique » en générant des bénéfices.

Le plan de redressement de Pemex, la plus grande entreprise publique du pays, a été approuvé lundi par son conseil d’administration et sera soumis pour examen au ministère des Finances dans le cadre de l’élaboration du prochain budget fédéral.

La compagnie pétrolière doit augmenter ses investissements pour enrayer une baisse prolongée de la production, passée de 3,4 millions de barils par jour en 2004 à 1,7 million en moyenne aujourd’hui. Mais elle est accablée d’une lourde dette qui, au premier trimestre de cette année, s’élevait à 106,5 milliards de dollars.

Selon Octavio Romero, son directeur général, « trois problèmes structurels se posent à l’entreprise : la charge fiscale élevée, l’endettement et le faible investissement ».

Selon le gouvernement, ces mesures devraient permettre à Pemex de retrouver des comptes à l’équilibre en 2021 et d’accroître sa production au niveau de 2,69 millions de barils par jour en moyenne d’ici 2024.

Début juin, l’agence de notation financière Fitch a dégradé la note de la dette de Pemex, reléguée en catégorie « spéculative », considérant que le risque que l’entreprise fasse défaut était élevé. Moody’s avait fait de même la veille, suscitant la protestation vigoureuse du Mexique, dont la note de dette souveraine a également été abaissée.

Source – Agences

Lire également notre dossier complet: Dossier – Le gouvernement mexicain face au “risque Pemex” ! (ou pourquoi le ministre des finances a démissionné ? )

LesFrancais.Press
TV5mondeplus.com