Footer  American Express + Crystal
Footer  American Express + Crystal
Footer  American Express + Crystal

ONU – La crise covid risque de se traduire par 45 millions de nouveaux pauvres en Amérique latine ! (Video)

La pandémie de coronavirus est un drame sanitaire, mais aussi économique pour de nombreux ménages d’Amérique latine, un continent déjà très inégalitaire. L’ONU juge en effet que l’épidémie pourrait faire basculer dans la pauvreté 45 millions de personnes figurant actuellement dans des classes sociales intermédiaires.

« Dans un contexte d’inégalités déjà criantes, de taux élevés de travail informel et de fragmentation des services de santé, les populations et les individus les plus vulnérables sont une fois de plus les plus touchés », a déploré dans un communiqué le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Devenue l’épicentre de la pandémie, la région recense plus de trois millions de cas de Covid-19, dont plus de la moitié au Brésil, selon un bilan établi cette semaine à partir de sources officielles.

Les autres pays les plus touchés sont le Mexique, le Pérou et le Chili. Selon le chef de l’ONU, qui a publié une synthèse consacrée aux conséquences de la pandémie en Amérique latine, la chute du PIB pour cette région atteindra 9,1%, la pire en un siècle.

L’impact économique sera d’autant plus dévastateur que la pandémie touche la région après sept ans de faible croissance, et alors que de profondes inégalités persistent avec des millions de personnes sans couverture médicale ou eau potable, note l’ONU.

Les Nations unies s’attendent à ce que le taux de pauvreté augmente de 7% en 2020, soit une hausse de 45 millions de personnes, pour un total de 230 millions de pauvres, représentant ainsi 37,2% de la population vivant en Amérique latine et dans les Caraïbes.

L’extrême pauvreté devrait aussi augmenter de 4,5%, soit quelque 28 millions de personnes, pour toucher un total de 96 millions d’individus (15,5% de la population). Ces personnes vont être « menacées de faim », a déclaré à des journalistes Alicia Barcena, une responsable de l’ONU.

L’ONU estime que pour faire face à la crise et aider les pauvres, les gouvernements doivent fournir un revenu de base d’urgence et des subventions contre la faim.

Dans la région, cela implique une moyenne de 140 dollars par mois et par personne, précise l’Organisation. Antonio Guterres demande aussi à la communauté internationale de « fournir des liquidités, une assistance financière et un allègement de la dette » à l’Amérique latine et aux Caraïbes.

Source – Agences

Touracancun 728