Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page

Pétrole – Le Mexique bloque les négociations de l’OPEP !

Les pays producteurs de pétrole du groupe «Opep», emmenés par l’Arabie saoudite et la Russie, tentent de convaincre le Mexique de se joindre à l’effort collectif visant à réduire l’offre pétrolière mondiale de 10 millions de barils par jour (bpj).

Le Kremlin a espéré ce samedi qu’un accord puisse être trouvé sur une baisse de la production de pétrole et fait savoir que les discussions étaient toujours en cours pour tenter de convaincre le Mexique d’y contribuer.

«Nous espérons sincèrement que les experts (..) formaliseront et finaliseront ce consensus», a dit le porte-parole de la présidence russe Dmitry Peskov, précisant qu’un «travail acharné se poursuivait en ce moment» avec le Mexique.

Les pays producteurs de pétrole du groupe «Opep», emmenés par l’Arabie saoudite et la Russie, tentent de convaincre le Mexique de se joindre à l’effort collectif visant à réduire l’offre pétrolière mondiale de 10 millions de barils par jour (bpj).

Mexico a fait savoir qu’il diminuerait sa production de seulement un quart du volume demandé par l’Opep.

Les initiatives de l’«Opep» visent à enrayer la chute des cours du pétrole qui dépasse 50% depuis le début de l’année, un mouvement lié à l’effondrement exceptionnel de la demande de brut après les multiples mesures de confinement prises pour tenter de freiner l’épidémie de coronavirus.

Ce plongeon a été amplifié par la rupture du précédent pacte liant la Russie et l’Opep, qui a amené l’Arabie saoudite à déclencher une guerre des prix en gonflant sa production.

Article du 10 avril 2020 – Donald Trump donne un coup de main au Mexique !

Les Etats-Unis ont promis de réduire de 250.000 barils par jour leur production pétrolière afin d’aider le Mexique à contribuer à une baisse massive de l’offre mondiale d’or noir, a déclaré vendredi le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador.

Après dix heures de discussions jeudi, l’Opep, la Russie et leurs alliés, réunis au sein du groupe Opep, ont annoncé un accord sur une baisse de leur production représentant 10% de l’offre mondiale, environ 10 millions de bpj, mais le Mexique a finalement refusé la diminution qui lui était demandée.

Cette baisse massive de l’offre vise à enrayer la chute des cours du pétrole qui dépasse 50% depuis le début de l’année, un mouvement lié à l’effondrement exceptionnel de la demande de brut après les multiples mesures de confinement prises pour tenter de freiner la pandémie de coronavirus.

Ce plongeon a été amplifié par la rupture du précédent pacte liant la Russie et l’Opep, qui a amené l’Arabie saoudite à déclencher une guerre des prix en gonflant sa production.

S’exprimant lors d’une conférence de presse, Andres Manuel Lopez Obrador a précisé que son pays avait été poussé par l’Opep à réduire sa production pétrolière de 400.000 bpj dans un premier temps, puis de 350.000 bpj.

Lopez Obrador, qui a fait de l’accroissement de la production pétrolière l’une des priorités de son mandat, a dit s’être entretenu jeudi de ce sujet avec Donald Trump, qui lui a proposé de l’aider après que le Mexique a annoncé qu’il ne réduirait sa production que de 100.000 barils par jour.

« Le président Trump a déclaré que les Etats-Unis s’engageaient à baisser de 250.000 bpj, en plus de ce qu’ils vont faire, pour le Mexique, afin de compenser », a déclaré le président mexicain.

« Quand je lui ai dit que c’était 100.000 (bpj) et que c’était tout ce que nous pouvions faire, il m’a très généreusement déclaré qu’ils allaient nous aider avec 250.000 bpj en supplément de leur contribution », a-t-il ajouté.

Cette annonce de Lopez Obrador est une surprise dans la mesure où jusqu’à présent, Donald Trump a toujours refusé de demander aux pétroliers américains une baisse coordonnée de leur production.

Le secrétaire américain à l’Energie, Dan Brouillette, qui participait vendredi à une visioconférence des ministres de l’Energie du G20, a toutefois déclaré qu’il était « temps que tous les pays examinent sérieusement ce qu’ils sont en mesure de faire pour corriger le déséquilibre entre l’offre et la demande ».

« Nous appelons tous les pays à utiliser tous les moyens à leur disposition pour aider à réduire l’offre en excédent », a commenté Dan Brouillette avant la réunion.

Source – Agences 

Touracancun 728
Elite sky lines