Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page

Coronavirus – Quelles sont les mesures prises en Europe ?

Tous les pays d’Europe prennent des mesures pour éviter la propagation du nouveau coronavirus. Fermetures des frontières, des lieux de convivialité ou les stations de ski : petit tour d’Europe des décisions prises par les autorités.

Après la décision annoncée jeudi 12 mars 2020 par Emmanuel Macron de fermer les écoles en France, la Première ministre belge a également annoncé une telle mesure outre-Quiévrain pour endiguer la propagation du coronavirus. Le Portugal également.

Dans le monde, en Europe notamment, où plus de 20 000 cas sont déjà signalés, l’épidémie poursuit sa progression inexorable, bouleversant la vie quotidienne des populations, de la limitation de déplacements aux fermetures de frontières.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a averti jeudi d’un risque élevé de voir le système de santé dans l’UE et au Royaume-Uni être débordé par l’épidémie. L’Italie a enregistré jeudi son millième mort, entre 5 000 et 10 000 personnes sont probablement infectées au Royaume-Uni – où seulement 590 cas sont recensés -, selon le gouvernement, et le nombre de cas a explosé en Espagne.

Quelles sont les mesures prises sur le continent européen ?

Fermeture des églises en Italie

En Italie, c’est le confinement généralisé. À Rome, toutes les églises ont fermé leurs portes aux fidèles jusqu’au 3 avril. Pour montrer concrètement la solidarité de l’Église, le pape François a demandé mardi aux prêtres d’avoir le courage de sortir et d’aller visiter les malades, d’accompagner le personnel médical et les bénévoles.

Le gouvernement italien a inclus la messe, les mariages et les funérailles parmi les rassemblements interdits, une mesure fortement restrictive dont l’acceptation entraîne la souffrance et des difficultés pour les prêtres et les fidèles, a regretté sur son site la Conférence épiscopale italienne.

En Belgique, on ferme écoles et lieux de convivialité, en Autriche les stations de ski

Écoles, cafés, restaurants, discothèques vont être fermés en Belgique, et tous les rassemblements annulés peu importe leur taille, a annoncé jeudi soir la Première ministre belge Sophie Wilmès. La fermeture des écoles, au niveau national, sera effective à compter du week-end prochain jusqu’au vendredi 3 avril inclus, veille des vacances de Pâques, a précisé Sophie Wilmès lors d’une conférence de presse à l’issue d’un Conseil national de sécurité consacré à cette pandémie.

En Allemagne, les régions décident elles-mêmes de la fermeture des écoles

La pression s’accentue en Allemagne pour que le pays emboîte le pas à ses voisins européens qui ont déjà fermé, ou s’apprêtent à le faire, tous leurs établissements scolaires afin de ralentir la propagation du virus. Le système fédéral allemand empêche toutefois le pouvoir central d’imposer une telle mesure aux 16 Länder.

Les écoles, maternelles et crèches de Bavière et de Sarre seront fermées à partir de lundi jusqu’à fin avril en raison de l’épidémie de coronavirus, ont annoncé vendredi les deux Länder allemands. La ville de Berlin prévoit pour sa part de fermer progressivement ses maternelles et ses écoles la semaine prochaine, tandis que le service sera réduit au strict minimum dans les transports publics, rapporte vendredi la chaîne de télévision n-tv sur son site internet.

En Espagne, la famille royale annule tous ses événements

Le conseil des ministres de jeudi a approuvé un plan de relance pour contrer les retombées économiques de la pandémie. La famille royale espagnole a également annoncé jeudi qu’elle subirait des tests pour savoir si un membre était contaminé par le coronavirus, notamment en raison de l’exposition du roi Felipe VI et de la reine Letizia. Tous les événements en lien avec la famille royale sont suspendus. Le gouvernement a annoncé des mesures économiques d’urgence approuvées lors d’un conseil des ministres extraordinaire : moratoire ou report des impôts pour les entreprises affectées ainsi que des facilités de financement pour les secteurs touchés comme celui du tourisme (12 % du PIB espagnol).

Dans un pays où le football est le sport roi, la Ligue espagnole de football a annoncé la suspension au minimum des deux prochaines journées du championnat tandis que le Real Madrid, l’un des clubs les plus célèbres au monde, a été placé en quarantaine. Plusieurs régions, dont Madrid, la Catalogne, le Pays basque, la Galice et la Murcie ont annoncé la fermeture des écoles.

Article du 11 mars 2020 – Coronavirus – Faut-il reporter son voyage à Paris ?

Avec la propagation de l’épidémie du coronavirus en France, le le tourisme à Paris est directement impacté alors que les annulations de salons, de concerts et de manifestations sportives se multiplient dans la capitale. Dans un tel contexte, faut-il venir à Paris ou décaler son voyage ? On tente de répondre à cette épineuse question !

Ah Paris, Ville Lumière chérie par beaucoup, capitale touristique européenne par excellence… chaque année, près de 32 200 000 touristes se rendent à Paris pour découvrir son charme légendaire, sa gastronomie connue à travers le monde entier, ses somptueux monuments et sa culture si riche. Oui mais voilà, depuis le mois de janvier, la France est touchée par l’épidémie dont tout le monde parle : le coronavirus, rebaptisé COVID-19.

Annulation et report des évènements à Paris

Et les conséquences sont nombreuses. Dimanche 8 mars, le gouvernement a pris la décision d’interdire tous les rassemblements de plus de 1 000 personnes en milieu confiné, après un décret interdisant uniquement ceux de 5 000 personnes.  Si ce décret prévoyait d’être en vigueur jusqu’à fin mai, l’interdiction est finalement ramenée jusqu’à mi-avril, selon le Journal Officiel. A ce jour, les évènements annulés et reportés sont nombreux à Paris.

On pense bien évidemment au semi-marathon et au marathon de Paris ou encore aux Harlem Globetrotteurs mais aussi aux salons (salon du livre, le mondial du tourisme, le mondial du tatouage…), aux concerts et spectacles (M Pokora, Chorus Festival, Ninho) sans oublier les sorties de films repoussées (James Bond, Miss…). Prodiss, le syndicat national du spectacle musical et de variété, a d’ailleurs fait savoir que les ventes de billets dans le spectacle musical ont chuté de 50 % par rapport à la même période l’an dernier, soit une perte « supérieure à celle des attentats de 2015 ».

Autre fait marquant, la fermeture du musée du Louvre pendant trois jours. En revanche, la fermeture de la tour Eiffel, qui accueille chaque année plus de 6 millions de visiteurs, n’est pas d’actualité « pour l’instant » avait assuré sur LCI l’actuelle Maire de Paris, Anne Hidalgo. Enfin, l’Opéra Bastille et l’Opéra Garnier ont mis en place plusieurs mesures de précaution.

La situation en France et à Paris

A ce jour, on recense en France 19 morts et 1126 contaminations liés au coronavirus. Vendredi 6 mars, le premier ministre a annoncé la fermeture des écoles, des crèches aux lycées, pendant au moins quatorze jours dans l’Oise et le Haut-Rhin, principaux foyers de l’épidémie.

A Paris et en île de France, le nombre de personnes contaminées commence aussi à se multiplier avec notamment un nouveau foyer identifié dans le Val d’Oise, et plusieurs employés de la RATP infectés. Dimanche 8 mars, l’Agence régionale de santé établit le nombre de personnes infectées en île de France à 178 cas (21 à Paris, 8 en Seine-et-Marne, 7 dans les Yvelines, 5 en Essonne, 11 dans les Hauts-de-Seine, 13 en Seine-Saint-Denis, 10 dans le Val-de-Marne, 31 dans le Val d’Oise. Pour le reste, les informations liées aux identifications sont en cours).

Alors que la Ville Lumière est la plus visitée d’Europe, certains touristes se posent la question, à juste titre, faut-il venir à Paris ou reporter son voyage ?

Les recommandations sanitaires de la Ville de Paris

Pour le moment, Paris et la France ne font pas partie des zones à risque comme la Chine, la Corée du Sud, les régions de Lombardie, de Vénétie, d’Emilie-Romagne et du Piémont en Italie, et l’Iran. Mais la Ville de Paris tient à rappeler plusieurs consignes et recommandations sanitaires à suivre pour tous les parisiens et touristes de passage : se laver les mains, éviter les poignées de mains et les embrassades ou tousser et éternuer dans son coude.

Contrairement au Japon où le masque est de rigueur, le port du masque n’est pas recommandé à Paris, sauf pour les personnes malades et infectées par le virus. D’ailleurs, le gouvernement a décrété la réquisition des stocks de masques.

Les vols en provenance de Paris ne font pas non plus l’objet de surveillance particulière. Notez toutefois que le Salvador a donné l’ordre samedi 7 mars d’interdire l’entrée aux personnes arrivant d’Allemagne et de France. De son côté, Air France a annoncé que les voyageurs pouvaient reporter ou annuler sans frais tout voyage réservé avant le 31 mars 2020 (pour des vols entre le 3 mars et le 31 mai). Une mesure au départ réservée aux voyages vers des zones à risques mais désormais élargie aux autres destinations.

Du côté des transports en commun, les métros, RER, bus, tramways et Transilien fonctionnent normalement et aucune réduction du trafic n’a pour le moment été mis en place.

Malgré les annulations d’évènements, les parisiens continuent de sortir à Paris et tentent de vivre normalement. Directement impacté par la propagation du virus, le secteur de l’hôtellerie-restauration accuse le coup après les Gilets Jaunes et les grèves. Les professionnels du secteur espèrent donc que les touristes ne déserteront pas trop la capitale ces prochaines semaines.

On rappelle que la barre des 100 000 contaminations dans le monde a été franchie et aucun traitement ni vaccin n’existent à ce jour. L’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, tient toutefois à préciser que la maladie reste bénigne dans 80 % des cas. Le taux global de mortalité du virus est estimé à environ 3,2%.

Vers un stade 3 de l’épidémie ?

A ce jour, le plan d’action reste au stade 2. Mais selon plusieurs spécialistes, le passage au stade 3, synonyme de « circulation active du virus sur l’ensemble du territoire », serait une question de jours…

Reste à savoir quelles seraient alors les mesures mises en place par le gouvernement pour freiner la propagation du coronavirus en cas de stade 3, et quels seraient les impacts sur la vie des parisiens, des franciliens et des touristes.

Selon un Plan de prévention et de lutte rédigé en 2011 en cas de pandémie grippale, qui pourrait servir « de base de réflexion« , le stade 3 pourrait entraîner une « suspension éventuelle de certains transports en commun« , des « fermetures des crèches et établissements d’enseignement » et la « restriction des grands rassemblements et des activités collectives« .

Mais le Ministre de la Santé Olivier Véran précise qu’un passage au « stade 3 » ne veut pas dire que de telles mesures seront prises d’un coup et de la même façon partout dans le pays. Ces mesures seraient donc probablement progressives et décidées au cas par cas, selon les endroits et l’évolution de l’épidémie.

Source – sortiraparis.com

Touracancun 728