Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page
Header Pubs Haut de page

Histoire – « La noche triste » racontée au travers d’un lingot d’or ! Vidéo Complet…

Au Mexique, des archéologues se sont penchés sur une barre d’or découverte par hasard en 1981 sur un chantier de construction au coeur de la capitale. Leur étude a confirmé que le lingot remontait à l’empire aztèque et plus important, qu’il était le témoignage d’un épisode marquant survenu au XVIe siècle, la Noche Triste.

En 1981, un ouvrier avait découvert une barre d’or de deux kilos sur un chantier. Depuis, son origine demeurait mystérieuse. De nouvelles analyses révèlent qu’il s’agit d’or volé aux Aztèques par les conquistadors d’Hernan Cortés.

Un peu d’histoire

Le massacre prit place un peu plus d’un an après le débarquement de Cortés à Tabasco. Tirant parti des services de La Malinche, une jeune indienne d’origine aztèque, Cortés, qui avait pénétré dans Tenochtitlan, la capitale des Mexicas et fait prisonnier l’empereur, Moctezuma II, gouverna l’Empire aztèque par l’intermédiaire de ce dernier.

À la suite du débarquement de Pánfilo de Narváez à Veracruz, à la tête d’une expédition envoyée par le gouverneur de Cuba, Diego Velázquez, pour arrêter Cortés qui avait largement outrepassé ses ordres de mission d’exploration, ce dernier laissa à son lieutenant, Pedro de Alvarado, le commandement de Tenochtitlan tandis que lui-même retourna sur la côte et défit les troupes de Narváez.

Pendant ce temps, Alvarado, croyant avoir découvert un complot, fit massacrer une partie de l’aristocratie et du clergé aztèque. Une rébellion éclata et les Aztèques assiégèrent le palais abritant les Espagnols et Moctezuma.

À son retour, Cortés ne parvint pas à apaiser la colère des Aztèques. Assiégés dans leurs cantonnements, le palais d’Axayacatl, au cœur de la ville, les Espagnols se rendirent compte qu’ils ne pourraient plus repousser les Aztèques bien longtemps.

La Noche Triste se déroula dans la nuit du 30 juin 1520. Assaillis par les Aztèques furieux, les envahisseurs espagnols furent obliger de fuir la capitale. Mais ils ne comptaient pas partir les mains vides. Cortés fit réunir des richesses dérobés sur place avant de répartir ses troupes et de s’échapper de la cité construite sur une île au milieu du lac Texcoco.

La composition du lingot confirme la provenance et la date de fabrication

Aujourd’hui, les chercheurs affirment que le lingot découvert fait partie du trésor avec lequel Cortés et ses hommes ont fui et dont ils auraient perdu une partie sur le chemin. Cette conclusion découle d’analyses menées aux rayons X qui ont permis d’en apprendre davantage sur la composition chimique de la barre d’or de près de deux kilogrammes.

D’après l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH), elles ont révélé une concentration moyenne d’environ 76% d’or, 20% d’argent et 3% de cuivre. Soit une composition et notamment une teneur faible en cuivre très similaires à celles de pièces retrouvées par des fouilles menées sur le site du Templo Mayor, le principal temple de la cité de Tenochtitlan.

Plus précis encore, ces informations ont permis aux archéologues d’avancer que le lingot aurait été fabriqué entre 1519 et 1520. Une période qui correspond à celle durant laquelle Cortés avait ordonné à ses hommes de faire fondre des objets dérobés dans les trésors aztèques afin de fabriquer des barres plus faciles à transporter vers l’Europe.

Le lieu de découverte de l’objet en 1981 soutient également cette théorie. Il a en effet été trouvé à 4,80 mètres de profondeur sur l’avenida Hidalgo, là où se trouvait autrefois le canal de Toltecaacaloco. Cet emplacement semble coïncider avec le chemin emprunté par les Espagnols durant la Noche triste, a expliqué le Dr Leonardo López Luján, archéologue de l’INAH et directeur du projet Templo Mayor.

La « pièce clé d’un puzzle »historique

Les documents historiques décrivant les derniers instants de l’empire aztèque avaient déjà permis de supposer l’origine du lingot, mais elle n’avait jusqu’ici pas pu être confirmée. Les nouveaux tests semblent ainsi confirmer que les spécialistes avaient vu juste. « Cette barre en or est une pièce clé du puzzle de cet évènement historique« , a expliqué l’INAH.

C’est « un témoignage historique unique d’un moment déterminant de l’histoire mondiale » a renchéri Leonardo Lopez Lujan dont l’équipe a produit un rapport plus complet publié dans la revue Arqueologia Mexicana. Des recherches qui tombent à point nommé pour remettre en lumière cet épisode crucial à quelque mois de la commémoration de ses 500 ans au Mexique.

Source – Agences 

Hernán Cortés y la conquista de México (2017)

 

Touracancun 728
Elite sky lines